TRAFFIC Logo

Wildlife Trade Specialists

Published 05 novembre 2009

  English 

Un plan de gestion du tigre Malaisien adopté

Kuala Lumpur, 5 Novembre 2009—la feuille de route de la Malaisie pour sauver ses tigres sauvages a reçu un engagement ferme et clair du gouvernement, pour protéger ces espèces dans des lieux dits « maisons ».


Le gouvernement de Malaisie a approuvé un plan d'action de gestion du tigre qui vise à voir 1.000 de ces animaux sauvages dans le pays d'ici à 2020  © Roger Hooper / WWF-Canon   

Le plan d'action national du tigre a été officiellement adopté par le Conseil national de la Biodiversité-Biotechnologys de la Malaisie hier. C'est un document détaillé que le gouvernement et les O.N.G.s environnementales ont conjointement élaboré au cours des deux dernières années.

Le premier Ministre Malaisien, Tan Sri bronzage Muhyiddin Yassin, qui présidait ce Conseil a indiqué que le gouvernement entreprendrait des efforts concrets pour protéger les tigres, et  doubler leur nombre d'ici à 2020 en élargissant les zones d'aires protégées pour la faune sauvage.

Le haut Conseil comprend les ministres de l'Environnement, Santé, Education, Science, Technologie et Innovation aussi bien que commerce international comme membres.

Les consultations sur l'ébauche du plan  prévoient l'implication du Département de la faune et parcs nationaux et une coalition des O.N.G.s qui ont formé l'alliance pour la conservation Malaisienne pour les tigres (MYCAT) depuis 2006. Font également partie de cette coalition, TRAFFIC Asie du Sud-Est, WWF Malaisie, la Société Malaisienne de la Nature et le Programme de la Société-Malaisienne pour la Conservation de la Faune.

Le plan, qui a été adopté et communiqué depuis 2007, définit la direction et les actions spécifiques que les organismes gouvernementaux et les O.N.G.s doivent effectuer entre 2008 et 2015 pour donner des orientations sur les populations de tigres sauvages de Malaisie.

Ces actions incluent la sécurisation des habitats naturels de tigre, et leur connectivité des habitats, des espèces cibles de tigres et l'application des lois protectrices contre des braconniers et il a même été même prévu dans ce plan, l'aménagement d'espace de développement.

Son indicateur global de succès sera la présence de 1.000 tigres sauvages survivants d'ici à l'année 2020, en sureté et vivants dans une bande forestière délimitée et rattachée par divers points d'accès à la forêt, à partie du Centre de la Péninsule Malaisienne, appelée « Central Forest Spine »

Aujourd'hui, la Malaisie compte une population d'environ les 500 tigres sauvages, en nette diminution, par rapport aux années 50, durant lesquelles, ladite population s'élevait à 3.000 animaux.

« Ce serait un pas de géant pour la conservation des tigres de Malaisie et pour l'ensemble de la faune, » a dit Chris R. Shepherd,  Chef de Programme TRAFFIC Asie du Sud-est.

 « Il y a beaucoup de travail au préalable pour réaliser ce plan et certainement beaucoup de problèmes seront rencontrés. Mais ceci est exactement le genre d'engagement que nous espérons, et nous souhaitons que toute la filière du tigre soit revue. »

Parmi les problèmes que  le Conseil a également rencontré, on a noté les menaces qui sont dues à l'empiétement des aires protégées et le braconnage. Le 1er Ministre a invité tous les membres du gouvernement, le département de la faune et des parcs nationaux et le service de la foresterie, à travailler  ensemble pour la résolution de ce problème.

L'adoption du plan arrive en temps opportun dans les efforts de conservation et intervient à un moment critique de la survie du tigre, car les niveaux de braconnage sont en nette progression, au regard des nombreuses activités illégales recensées récemment dans les forêts Malaisiennes.

En juillet dernier, le gouvernement a pris une autre décision importante dans la lutte vers des proie-espèces protectrices de tigre en décrétant l'interdiction sur deux ans de la chasse des « Sambar » et des « Cerfs ».

Récemment, le 26 octobre dernier, le Ministère de la Faune et des Parcs Nationaux a interpellé 02 braconniers pour le braconnage des cerfs, juste aux abords d'une route qui traverse une forêt riche en biodiversité dans le nord de la Malaisie péninsulaire.

Les hommes, tous les deux de la ville de Gerik dans le Perak, ont été interpellé, selon l'article 68 de la Loi 1972 sur la protection de la Faune,  pour possession d'espèces protégées et encourent jusqu'à RM 3, 000 d'amendes  et de trois ans maximum d'emprisonnement et/ou les deux peines cumulées.

Selon Shabrina Mohd Shariff  chef du département de la faune  de l'Etat du Perak, « Les responsables de la faune dans la seule ville de Gerik ont traité  jusqu'à 16 cas de braconnage depuis le début de cette année ».

En mai dernier, les autorités ont interpellé deux hommes en possession du crâne et des os d'un tigre et également des braconniers cambodgiens dans les forêts de Malaisie avec des pièces d'animaux sauvages. Le mois dernier, un tigre a été retrouvé dans un piège par des autorités et l'unité de protection de la faune de WWF, malheureusement il était déjà décédé des suites de ses blessures.