TRAFFIC Logo

Wildlife Trade Specialists

Tanzanians near Lugufu refugee camp preparing for a hunting excursion © Simon Milledge / TRAFFIC

Epinards du soir

Tanzanians near Lugufu refugee camp preparing for a hunting excursion © Simon Milledge / TRAFFIC

i

Published 22 janvier 2008

  English 

Download report

Le manque de viande pour les réfugiés engendre du braconnage à grande échelle

Cambridge, G-B , Gland, Suisse - L’absence de viande dans les rations destinées aux réfugiés en Afrique de l’Est engendre un trafic florissant de viande sauvage. Avec, pour conséquence, des menaces accrues sur la gestion de la faune sauvage et les moyens de subsistance des communautés rurales. C’est ce que révèle un nouveau rapport de TRAFFIC, le réseau de surveillance du commerce des espèces de faune et flore sauvages. 

Epinards du soir: les conséquences de la consommation de viande sauvage sur la gestion de la faune sauvage dans les zones d’accueil de réfugiés au nord ouest de la Tanzanie

Report author(s):
George Jambiya, Simon Milledge, Nangena Mtango

Publication date:
January 2008


Notes:

TRAFFIC, le réseau de surveillance du commerce des espèces de faune et de flore sauvages, œuvre afin de s’assurer que le commerce de ces espèces ne constitue pas une menace pour la protection de la nature. TRAFFIC est un programme commun du WWF, le Fonds mondial pour la nature, et de l’UICN, l’Union internationale pour la nature. 
* Plus de 800'000 réfugiés ont fui en Tanzanie, lors de deux vagues, au milieu des années 90. La première vague a rejoint Kagera vers la mi-1994 et la seconde est arrivée à Kigoma en 1996. Bien que plusieurs d’entre eux soient rentrés chez eux, la Tanzanie abrite toujours la plus grande population de réfugiés en Afrique, près de 548'000 personnes. La majorité provient du Burundi et de la République démocratique du Congo, et près des deux tiers vivent dans des camps de réfugiés.
* Pour produire ce rapport, TRAFFIC a collaboré avec le Ministère de l’Intérieur, le Ministère des Ressources naturelles et du Tourisme, le HCRNU, le PAM, d’autres organisations impliquées soit dans la gestion des camps de réfugiés, soit dans la protection des espèces. 
* Une copie du rapport peut être téléchargée sous: (Anglais) et (Francais)

TRAFFIC Briefing paper: Wild meat and food security in refugee hosting areas available in English, French and Swahili