TRAFFIC Logo

Wildlife Trade Specialists

Published 08 mars 2010

  English 

Les experts se réunissent pour discuter du commerce des produits forestiers non ligneux (PFNL) en Europe

Sarajevo, Bosnie Herzégovine, Mars 2010—les représentants de 06 nations d’Europe du Sud-est plus quelques organisations internationale y compris les Nations-Unies, la FAO, l’UICN, l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV), TRAFFIC et le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), se sont rencontrés le mois dernier pour discuter des questions de développement durable du secteur des produits forestiers non ligneux dans le Sud-Est de l’Europe.


Les représentants de 6 pays de l’Europe de l’Est et d’autres nations, se sont réunis récemment à Sarajevo pour discuter du développement du secteur et de la durabilité des produits forestiers non ligneux dans la région. © TRAFFIC  

L'Europe du sud-est est au centre d’une gamme importante de PFNL sauvages dans la région et joue un rôle important dans le commerce local, régional et international de ces produits, qui s’étendent sur tous types d’herbes sauvages, de champignons, de mousses et de lichens.

 Les femmes et les personnes âgées sont traditionnellement employées dans la récolte sauvage des PFNL, ce qui procure des revenus et des moyens d’existences aux communautés rurales les plus pauvres. Ces produits sont en grande majorité commercés dans toute l’Europe.

« Il est clair que le potentiel pour le commerce des PFNL est important et contribue au développement durable local » a reconnu Richard Eberlin, responsable d’appui au développement rural au bureau régional de la FAO pour l'Europe et l'Asie centrale. 

« Mais pour que ce commerce  devienne une source de progrès pour les personnes plutôt qu’une source de pauvreté, des mesures appropriées doivent être mises en place. » 
Ces mesures incluent des interventions techniques, légales et financières appropriées et par  les acteurs impliqués dans  la réglementation commerciale, tels que les organismes gouvernementaux, le secteur privé, les exploitants, les O.N.G.s et des organisations internationales.

La réunion du mois dernier a amené les parties prenantes, à évaluer la capacité requise pour impulser le développement durable dans le secteur des PFNL,  y compris un examen des finances et des activités génératrices de revenu.

Pendant cette consultation de trois jours, on a reconnu la grande importance du renforcement institutionnel et technique de ce secteur, tel que identifié dans les 6 pays d’Europe du Sud-Est représentés à la réunion, dont l’Albanie, la Bosnie Herzégovine, la Croatie, TFYR de Macédoine, le Monténégro, et la République Serbe.

« Les six rapports pays ont mis en exergue que les PFNL, doivent jouer un plus grand rôle en satisfaisant la demande des marchés locaux et internationaux. Cependant, le déficit de données fiables à propos des PFNL dans toute la région doit être abordé pour s'assurer que de bonnes décisions sont prises  en tenant compte des informations correctes » selon Paul Vantomme, Responsable du Programme Forêt au sein de la FAO.

Les améliorations en infrastructure sont également essentielles pour encourager l’exploitation et commerce durable des PFNL et permettre à ces pays de réaliser le potentiel considérable de leurs ressources. L’exploitation forestière privée a le potentiel significatif pour augmenter l'approvisionnement en PFNL, mais les petites tailles et la dispersion des exploitations privées sont un obstacle à la mobilisation des ressources.  On a également souligné que des aspects écologiques de l’exploitation des PFNL, doivent être renforcés pour assurer le développement durable de ce secteur, y compris la collecte de données écologiques appropriées sur la disponibilité des ressources PFNL et des quantités exploitées, aussi bien que le développement de la gestion et des systèmes de contrôle appropriés.  

Les participants sont encouragés  à échanger régulièrement des informations et des idées sur le commerce entre les pays de la région. Les organismes internationaux impliqués dans cette rencontre ont exprimé le désir d’une coopération régionale accrue et la participation plus large sur cette question.

La consultation a été conduite conjointement par la FAO, TRAFFIC et le Ministère des Relations Commerciales et Economiques de la Bosnie-Herzégovine, et a été rendue possible par l'appui du bureau sous-régional de la FAO pour l'Europe centrale et l'Europe de l'Est (SEUR). 

Le travail du TRAFFIC sur les PFNL à travers son programme plantes médicinales et aromatiques,  se concentre sur la mise sur pied, la promotion et l'appui des méthodes durables d’exploitation et d'utilisation des ressources sauvages, en s’assurant  que ces activités d’exploitation ne sont pas une menace pour la survie des espèces.

Des informations détaillées sur la consultation sont disponibles sur: http://www.fao.org/regional/seur/events/Sarajevo/sarajevo_en.htm