Les parties prenantes de la conservation déterminent des actions prioritaires pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages au Kenya
Tuesday, April 28, 2015 at 16:36
TRAFFIC in conservation awareness


Nairobi, Kenya, le 28 avril 2015 - Des partenaires du secteur public et du secteur privé ont déployé des efforts considérables pour intensifier la lutte contre le commerce illégal  d’espèces menacées, ils ont uni leurs forces pour répondre à des niveaux dangereusement élevés de braconnage et de trafic.

Lors d’un atelier de deux jours, des représentants du gouvernement, des organisations non gouvernementales et du secteur privé ont identifié des interventions ciblées et pratiques pour renforcer des lois et politiques en matière de faune et flore sauvages et pour améliorer une gamme de projets communautaires et d’initiatives d’application des lois.

L'atelier de Nairobi a été parrainé par l'Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID) de la Lutte contre le Trafic des Espèces Sauvages, le Projet d’Evaluation et d’Etablissement des Priorités (PIEGES des Espèces Sauvages). Conjointement convoqué par TRAFFIC et le Service de la Faune et de la Flore Sauvages au Kenya (KWS), l’atelier a identifié une série d’actions nationales prioritaires afin de lutter contre l'abattage illégal et le trafic des espèces sauvages au Kenya.

“Le Kenya se félicite de cette initiative et oeuvre en collaboration avec toutes les parties prenantes afin de soutenir les efforts du Service Kenyan de la Protection de la Faune et de Flore Sauvages, pour consolider l'intégrité opérationnelle et afin d’ouvrir de nouveaux fronts dans la lutte pour mettre fin à la criminalité des espèces sauvages” a déclaré William Kiprono, Directeur Général par intérim de KWS. “ La nouvelle Loi sur la Conservation de la Faune et de la Flore Sauvages au Kenya, avec une forte augmentation des pénalités pour les contrevenants, ouvre la voie à des progrès importants".

Les données présentées à l'atelier par KWS et les ONG ont souligné des progrès majeurs en 2014, montrant une diminution importante du braconnage et du trafic.

L'émergence d'organisations criminelles transnationales a considérablement augmenté le volume de produits issus du trafic illégal des espèces sauvages dans la région. Depuis 2009  60 tonnes d'ivoire d'éléphant ont transité par le Kenya ou ont été saisis en sortant du Kenya, selon les données sur les saisies d'ivoire par le Système d'Information sur le Commerce des Eléphants (ETIS).

Près de 200 des rhinocéros du pays ont été tués pour leurs cornes au cours de cette même période. Toutefois des progrès significatifs ont été réalisés ces dernières années dans la lutte contre le braconnage au Kenya. Les données présentées au cours de l’atelier par KWS et les ONG ont montré une baisse importante du braconnage et du trafic en 2014.

L'atelier a mis en évidence une véritable dynamique dans la lutte contre le commerce illégal de la faune et de la flore sauvages au Kenya.  La “Fiducie des Grands Pâturages Libres du Nord” et “Sauvez les Eléphants” ont signalé une baisse du braconnage des éléphants dans les régions centrales et celles du nord, même si la région de Mara demeure problématique.

L'atelier a également révélé que la nouvelle loi sur la faune et la flore sauvages du Kenya, qui est activement soutenue et suivie de près par des ONG locales, exerce de plus en plus de poursuites avec succès.

Dans son discours, l'Ambassadeur des Etats-Unis a réitéré au Robert Godec du Kenya le soutien du Gouvernement Américain pour lutter contre le trafic des espèces sauvages.

"Cet engagement à protéger non seulement le patrimoine de la faune et de la flore sauvages du Kenya, ou de l’Afrique, mais du monde entier, vient directement du Président Obama lui-même. En Novembre 2012 le Gouvernement Américain a renouvelé sa priorité accordée à la lutte contre le trafic des espèces sauvages quand le Secrétaire d’Etat Clinton ”a appelé à l’action” pour remédier au commerce de la faune et de la flore sauvages. Et désormais c’est une priorité présidentielle." 

Pour souligner cet engagement les représentants de l'USAID et du Ministère de l'Intérieur des Etats-Unis étaient présents tout au long de l'atelier.

En parlant au nom du Groupe des Partenaires pour le Développement des Espèces Sauvages, Juniper Neill, Directrice du Bureau de l’Environnement pour l’USAID / Kenya et Afrique Orientale, a salué le projet de l’atelier. Elle a encouragé les participants à identifier les actions prioritaires à mener pour le soutien des donateurs.

“La diversité des thèmes et des informations partagées au cours des deux derniers jours par les participants était un véritable reflet de la passion et de l'engagement partagés par tout le monde dans la salle”, a déclaré Nick Ahlers, Chef de Projet Wildlife TRAPS de TRAFFIC : «Je suis particulièrement heureux de voir l'attention accordée aux espèces touchées par le commerce autres que les éléphants et les rhinocéros, telles que les lions, les pangolins et les guépards."

L'atelier a nourri une discussion animée, fructueuse entre les agences gouvernementales, les donateurs et les ONG, sur les actions prioritaires pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages au Kenya. À la fin de l'atelier, une liste d'actions prioritaires a été identifiée, notamment : la réalisation d’enquêtes sur la situation biologique des espèces clés comme l'éléphant et le rhinocéros ; accroître la capacité de KWS à renforcer les moyens mis en oeuvre pour faire appliquer les lois contre le trafic et poursuivre les contrevenants ; améliorer les mécanismes locaux, transfrontaliers et régionaux pour une plus large coopération pour lutter contre les crimes en matière d’espèces sauvages ; et encourager une plus grande participation des communautés locales dans la lutte contre le trafic.

Les actions et les priorités clés identifiées par l'atelier seront combinées en une évaluation exhaustive élaborée par TRAFFIC sur la portée et l'ampleur du commerce illégal de la faune et de la flore sauvages au Kenya. Des représentants de KWS et du  Ministère de l'Environnement, de l'Eau et des Ressources Naturelles ont activement participé à l'atelier et ont affirmé l'engagement ferme du gouvernement à prendre en compte les recommandations du rapport d'évaluation.

CONCLUSIONS

À propos de TRAFFIC
TRAFFIC, le réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages, est la principale organisation non-gouvernementale qui travaille à l'échelle mondiale sur le commerce des plantes et des animaux sauvages dans le contexte à la fois de la conservation de la biodiversité et du développement durable. TRAFFIC est une alliance stratégique entre WWF et l'UICN, dirigeant l’élaboration et l’exécution des composants clés de leurs missions et programmes grâce à un partenariat unique qui combine les atouts considérables de chacune de ces deux grandes organisations internationales de conservation.


À propos de l'USAID
L'Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID) est responsable de la majorité de l'aide externe au développement par le gouvernement des États-Unis, et oeuvre pour mettre fin à la pauvreté extrême et encourager l’émergence de sociétés démocratiques résistantes tout en faisant progresser la sécurité et la prospérité pour l'Amérique et le monde. La politique de biodiversité de l'USAID, annoncée en Juillet 2014, décrit l'importance fondamentale de la biodiversité pour le bien-être humain, et la valeur des approches de conservation par rapport aux objectifs de développement de l'Agence.

À propos du Service Kenyan de la Protection de la Faune et de Flore Sauvages
KWS est l’agence gouvernementale en charge de la conservation et de la gestion de toutes les espèces sauvages du Kenya. Elle a seule compétence sur 27 parcs nationaux et un rôle de surveillance dans la gestion de 34 réserves nationales et sanctuaires privés en plus de 125 stations en dehors des zones protégées.

Pour de plus amples informations veuillez contacter :
Nick Ahlers, Chef de Projet Wildlife TRAPPS, TRAFFIC
Nick.Ahlers@traffic.org

Article originally appeared on TRAFFIC (http://www.traffic.org/).
See website for complete article licensing information.