La République Démocratique du Congo crée une nouvelle unité pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages
Friday, March 13, 2015 at 16:08
TRAFFIC

Les participants se mettent  d'accord sur la création d'une unité de coordination nationale pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages en RDC ©

TRAFFIC Kinshasa, République démocratique du Congo, Février 2015 — Des représentants de ministères en charge de l'Environnement et d'organismes répressifs, des magistrats ainsi que des représentants du secteur privé et de la société civile se sont rassemblés au début du mois pour mettre en place une unité de coordination nationale (UCN) visant à combattre la criminalité liée aux espèces sauvages en République démocratique du Congo (RDC).

L'unité vise à faciliter les échanges d'information pour renforcer l'efficacité de la détection et de la répression des crimes liés aux espèces sauvages dans le pays. La rencontre a également marqué le lancement d'une nouvelle initiative de TRAFFIC en RDC.

Selon les mots du Dr Paulinus Ngeh, Directeur régional du programme TRAFFIC en Afrique centrale, « l'UCN devrait contribuer à une communication et à un partage d'information plus efficaces, à un renforcement des réseaux, à une meilleure gouvernance et à la mise en œuvre de mesures pour lutter contre la corruption, facteurs essentiels pour lutter contre la criminalité liée aux espèces sauvages ».

Dieudonné Wabi Ituta, Conseiller spécial pour la préservation de la nature au ministère de l'Environnement et du Développement durable, a évoqué l'engagement du gouvernement de RDC dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, notamment via la fermeture des marchés et les saisies d'ivoire, les patrouilles et la surveillance des frontières, l'amélioration des réseaux de communication policière et le soutien au système judiciaire.

La rencontre a été organisée par TRAFFIC en collaboration avec l'antenne WWF-RDC et en partenariat avec la GIZ, agence sous tutelle du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement. Elle a eu lieu dans le cadre d'un projet visant à soutenir le gouvernement et la société civile dans la mise en œuvre du Plan d’Action sous régional des Pays de l’Espace COMIFAC pour le renforcement de l’Application des Législations nationales sur la Faune Sauvage, plus connu sous l'acronyme PAPECALF.

Ont participé à l’ atelier des représentants des ministères congolais concernés, l'Institut Congolais de Conservation de la Nature (ICCN), des magistrats, l'agence nationale de renseignements (ANR), des agents de police, des douanes et de l'immigration, INTERPOL, le WWF, l'UICN, le Programme environnemental régional pour l'Afrique centrale, la World Conservation Society (WCS), l'Africa Wildlife Foundation (fondation pour la faune et la flore sauvages d'Afrique), la Commission des forêts d'Afrique centrale et l'Agence américaine pour le développement international (USAID), ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé.

Article originally appeared on TRAFFIC (http://www.traffic.org/).
See website for complete article licensing information.