TRAFFIC Afrique Centrale appui le renforcement des capacités des Elèves Gardiens de la paix et Inspecteurs de Police du Centre d’Instruction et d’Application de la police de Mutenguene (CIAP), Cameroun
Monday, December 10, 2012 at 14:58
TRAFFIC in La sensibilisation pour la conservation

Mutengene 29 octobre 2012. Les policiers prenant des notes pendant un exposé. © Louisette Sylvie YEBEL/TRAFFIC Afrique Centrale Mutengene, Cameroun, région du sud ouest,  29 octobre - 02 novembre 2012
En collaboration avec le Ministère des  Forêts et de la Faune (MINFOF) et le WWF Cameroun, TRAFFIC Afrique Centrale a appuyé la formation de 1742 agents de police à la lutte anti-braconnage (LAB)  et à  l’application de la loi et des conventions internationales sur les espèces de faune  sauvage. 

Une série d’interventions  s’est tenue du 29 octobre au 02 novembre 2012 au Centre d’Instruction et d’Application de la Police (CIAP) de Mutengene, le plus grand centre de la police du Cameroun en termes d’effectifs (2000 élèves Gardiens de la paix et Inspecteurs de police sont formés dans cette institution). Ces interventions portaient sur les thèmes de la conservation de la biodiversité, de l’application  efficace et efficiente de la législation faunique nationale comme outil de protection des espèces sauvages menacées d’extinction au Cameroun, de la stratégie nationale de lutte contre le braconnage, des procédures et des protocoles dans le cadre des enquêtes sur les crimes fauniques.

D’autre part,  la problématique du commerce international illégal des espèces sauvages a fait l’objet d’une présentation, portant notamment  sur l’application de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), du système d’informations sur le commerce des spécimens d’éléphant (ETIS), ou encore le Plan d’Action sous régional des Pays de l'Espace COMIFAC, i.e. Commission des Forêts d’Afrique Centrale, pour le renforcement de l'Application des. Législations nationales sur la Faune sauvage (PAPECALF).

Ces interventions  s’inscrivent dans le cadre des activités du projet  appui à la ‘ lutte Anti-Braconnage et au Contrôle du Commerce de la Viande de Brousse dans les sites de terrain du WWF et dans les grandes métropoles du Cameroun , un projet commun du WWF et du MINFOF  qui a pour but  d’atténuer l’impact du commerce de la faune sur les espèces protégées.

Cette formation a été rythmée par différentes interventions conduites par  Patrice Sambou Mamballa, cadre à la Direction de la faune et des aires protégées au MINFOF,  Ibrahim Soaré Njoya, Consultant, ancien Directeur de l’école de faune de Garoua,  Anicet Charly Messie, le  point focal dudit  projet au MINFOF, Anne Ntongho, chef de projet Viande de brousse au WWF Cameroun,  Louisette YEBEL, chargée de communication TRAFFIC Afrique Centrale, Germain Ngandjui, chargé de programme TRAFFIC Afrique Centrale.  

Cette formation a aussi permis à TRAFFIC Afrique Centrale de fournir au service des enseignements du Centre de documentation du CIAP des documentations relatives à la problématique de conservation des espèces sauvages.

Pour Anicet Charly Messie, point focal « Viande de brousse » au MINFOF, « ce programme de renforcement des capacités devrait nous aider à aborder les différentes menaces sur les éléments de la biodiversité du Cameroun, afin de préserver le riche patrimoine naturel du pays et le maintenir au 5è rang africain ».

L’une des contraintes de la gestion durable de la faune au Cameroun reste liée aux difficultés pratiques de la mise en application des lois existantes.  « Les aspects de l’application des lois environnementales présentés ici, vont aider à améliorer les investigations des agents en charge du contrôle et de l’application de la loi » a souligné Ibrahim Soaré Njoya, consultant et ancien Directeur de l’école de faune de Garoua.

L’Officier  de police de 2ème grade, Mamoudou, chef de service de la formation dans ledit centre , qui a pris part, aussi bien à la préparation qu’à la facilitation de cette formation, a reconnu « l’importance d’être sensibilisé sur ces sujets d’actualité », avant d’affirmer que « la formation allait renforcer les capacités des agents présents sur le terrain, et les rendre aptes à une meilleure compréhension des enjeux liés à la protection du patrimoine faunique national ».

« Cette formation rappelle la nécessité de sensibiliser tous les acteurs de terrain en charge de l’application de la loi, et donne l’occasion de renforcer la collaboration nécessaire du WWF / TRAFFIC avec la police, et ceci afin de lutter contre la criminalité faunique au Cameroun, notamment le commerce illégal dans les marchés locaux, les points clefs de transit ou aux frontières,  et dans les zones transfrontalières du pays » a rappelé Germain Ngandjui, chargé de programme TRAFFIC Afrique Centrale.

Le Commissaire Divisionnaire de police Mounkouop Mouminou, Commandant du Centre, a souligné  que cette formation était « une première dans l’histoire de l’institution qu’il dirige », avant d’encourager  les participants à assurer la sécurité environnementale sur l’ensemble du territoire national par la mise en application des enseignements reçus.

La même formation a été conduite depuis le début de l’année dans différentes grandes écoles du pays  notamment à  l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM), l’Ecole Militaire Interarmées (EMIA),  les Ecoles supérieures de Gendarmerie et de Police à Yaoundé. Elle se poursuivra d’après Anne Ntongo, Chef du projet Viande de brousse à WWF  Cameroun, dans les Centres d’instruction et d’application de l’armée et de la gendarmerie ensuite par la formation des formateurs.

Louisette Sylvie YEBEL ; Chargée de la Communication -TRAFFIC Afrique Centrale

Article originally appeared on TRAFFIC (http://www.traffic.org/).
See website for complete article licensing information.