Urgence d’une action radicale pour réduire au maximum la crise de la biodiversité
Thursday, May 13, 2010 at 17:00
TRAFFIC in La sensibilisation pour la conservation

Nairobi, Kenya et Cambridge, R-U, 13 mai 2010—un rapport de l'ONU publié cette semaine démontre comment les systèmes normaux qui soutiennent des économies, des vies et des survies à travers la planète, courent un risque de dégradation rapide et d’effondrement, si aucune action rapide et efficace n’est entreprise à travers une conservation et une gestion durable de ceux-ci.

La troisième édition des « Perspectives Mondiales de Biodiversité (GBO-3) », produite par la convention sur la diversité biologique (CBD) confirme le monde n’est pas arrivé pas à atteindre ses objectifs pour atteindre une réduction significative du taux de perte de biodiversité d'ici 2010.

Les perspectives avertissent que dans le futur, la disparition de la biodiversité massive devient de plus en plus fatale, et avec elle, une réduction grave de beaucoup de services essentiels aux sociétés humaines en tant que plusieurs et une dégradation de certains écosystèmes qu’il serait difficile, voire impossible à récupérer.

Les points d’achoppement comprennent les vastes zones de la forêt d'Amazonie provoquée à la fois par une combinaison de changement climatique, de déboisement et de feux de brousse, dont les conséquences pour le climat mondial, les précipitations régionales et les extinctions répandues d'espèces ; l'inondation des plantes alimentaires dans les lacs d'eau douce avec 'épuisement de l'oxygène et mort endémique des poissons; l'effondrement multiple des écosystèmes de récif corallien dus à une combinaison de l'acidité et du réchauffement des eaux maritimes vont menacer la vie des centaines de millions de personnes.

GBO-3 emploie les lignes multiples de l'évidence pour démontrer que l'ensemble de cible par des gouvernements du monde dans 2002- « pour réaliser d'ici 2010 une réduction significative du taux actuel de perte de biodiversité au global, régional et de niveau national comme contribution à l'atténuation de la misère et au profit de toute la vie sur terre, » n'a pas été rencontré.

Basé sur une analyse spéciale des indicateurs de biodiversité, effectuée par un groupe de scientifiques, aussi bien que sur une revue de littérature scientifique et les rapports des gouvernements nationaux, membres de la CDB, l'étude met en exergue qu’aucun des 21 spécifiques devant être atteints en 2010 sur les perspectives de biodiversité n’a été globalement réalisé, bien que certains aient été partiellement ou localement réalisé.

Une dizaine de 15 indicateurs développés par la CDB montrent des tendances défavorables pour la biodiversité. TRAFFIC et l’UICN-SSC, groupe de spécialistes en plantes médicinales, ont développés des indicateurs pour mesurer les tendances du statut des espèces sauvages utilisées pour l’alimentation et en médecine traditionnelle.

Celles-ci ont prouvé que les oiseaux et les mammifères utilisés pour la nourriture et la médecine sont généralement plus menacés que ceux qui ne sont pas. Ceci peut être dû à la surexploitation ou à d'autres raisons telles que la perte de l'habitat naturel, ou à une combinaison de ces facteurs.

« Indépendamment des causes, la diminution de la disponibilité des ressources sauvages, est une menace pour la santé et le bien-être des communautés qui dépendent de elles directement pour leur alimentation ou leur soins de santé ou encore comme source de revenus » a déclaré Thomasina Oldfield, chef de programme de recherches et d'analyse pour TRAFFIC.

Le statut de la conservation espèces sauvages n’est pas très bien connu, mais globalement environ 80% de personnes dans les pays en voie de développement utilisent les médecines traditionnelles, la majorité des produits étant des dérivés des espèces sauvages Selon Danna Leaman, membre du groupe de spécialistes en plante médicinale de l’UICN-SSC : « Les espèces de plantes médicinales évaluées jusqu'ici semblent faire face à un plus gros risque d'extinction dans ces régions du monde où les gens dépendent d’eux pour leurs soins de santé et leurs revenus – Notamment l’Afrique, l’Asie, le Pacifique et l’Amérique du Sud. »

Les perspectives ont été lancées à Nairobi, au Kenya, pour la considération lors de la SBSTTA, des recommandations du corps subsidiaire du Conseil Scientifique, technique et Technologique, du CDB lors de sa 14ème réunion et du groupe de travail chargé de l'examen de l'exécution du CDB (WGRI). Dans le futur, le GBO-3 sera d’un apport principal dans des discussions des leaders mondiaux et des chefs d'Etat à l'Assemblée générale des Nations Unies le 22 septembre prochain.

Ses conclusions seront également importantes lors des négociations par les gouvernements du monde au sommet de biodiversité de Nagoya, lors de la conférence de la 10ème réunion de la CDB en octobre 2010.

Article originally appeared on TRAFFIC (http://www.traffic.org/).
See website for complete article licensing information.