Search TRAFFIC

NOTE: Please see instructions here to search inside TRAFFIC's PDFs

Subscribe to news

STAY UP TO DATE

news, studies, issues and events from the world of wildlife trade.



Instagram
Also of interest

Wildlife crime is serious - watch the video!

...............................................................

Interested in a Masters in Conservation Leadership at the University of Cambridge? More details...

...............................................................

TRAFFIC is grateful for the financial contribution from The Rufford Foundation towards this website

Useful links
Focus on

Behaviour change l Conservation awareness l Enforcement

...............................................................

Iconic wildlife

Apes l Bears l Deer l Elephants l Leopards l Marine turtles l Pangolins l Reptiles l Rhinos l Sharks & rays l Tigers l others

...............................................................

Forestry

Timber trade

...............................................................

Fisheries

Fisheries regulation

...............................................................

Medicinal plants

Medicinal and aromatic plants

...............................................................

Wildmeat

Wildmeat resources

...............................................................

Pets & fashion

Wild animals used for pets & fashion

...............................................................

Regions

Africa l Americas l Asia l Australasia l Europe l Middle East

...............................................................

International Agreements

CBD l CITES l CMS

...............................................................

Thursday
Apr012010

Controverses à propos du commerce de la grenouille à venin empoisonné

Le poison Vert-et-noir des grenouilles Dendrobates auratus, est le poison le plus souvent rencontré dans le commerce international des grenouilles, bien qu'il y ait eu quelques anomalies non expliquées dans les bases de données commerciales Cliquez sur la photo pour l’agrandir © Chris Martin Bahr / WWF-Canon  Cambridge, UK, 1er Avril 2010— et selon une nouvelle étude, publiée dans le journal Biodiversité et Conservation, on soupçonne des anomalies dans plusieurs des espèces de grenouilles sud-américaines qui seraient du poison.

Vincent Nijman du groupe de recherche sur le commerce de la faune d'Oxford et de Chris Shepherd de TRAFFIC Sud-Est asiatique, ont analysé les enregistrements du commerce International  dans la CITES (Convention International sur le Commerce des Espèces de Flore et de Faune Sauvages en voie  d’Extinction) sur le commerce international des espèces en voie de disparition de la faune et de la flore sauvages entre 2004 et 2008 sur les venins de certaines espèces de grenouilles d’origine d’Amérique de Sud et du Centre.

Ils ont découvert un certain nombre d'anomalies dans les données. Au Kazakhstan, par exemple, on n’a enregistré  aucun poison dans les grenouilles, mais entre 2004-2008, la Thaïlande a prétendu avoir importé plus de 2.500  tonnes empoisonnées provenant du Kazakhstan via le Liban.

« Le fait que cette exportation ait transité par le Liban, est certainement un élément important, quand on sait que celui-ci n’est pas signataire de la CITES, et qu’il n’aurait donc aucune obligation à reporter cette opération, » a déclaré Chris Shepherd, Chef du programme TRAFFIC Asie du Sud-Est.

« Des enquêtes futures devraient être effectuées pour déterminer les raisons pour lesquelles, cet itinéraire particulièrement utilisé par les autorités, pour le commerce de ces spécimens, devrait également être considéré comme élément de blanchiment dans le commerce international. »

Plusieurs grenouilles à venin empoisonné se colorent fréquemment à l’approche d’un prédateur, ce qui devrait servir d’avertissement à ceux qui les utilisent au sein des communautés comme animaux de compagnie en Europe et Amérique du Nord, et de plus en plus en Asie. Ils le sont,  sont soi-disant en raison des sécrétions toxiques de leur peau, employées par les indigènes d’Amérique du Sud comme poison sur les pointes de leurs flèches. Cinq des espèces reportées dans ce commerce sont considérées par IUCN, l'union internationale pour la Conservation de la Nature, comme en danger de l'extinction totale.

Ils y incluent la Grenouille D’or Empoisonnée, Phyllobates terribilis, une espèce en voie de disparition connue seulement dans quelques petits secteurs de la Côte Pacifique de la Colombie. Sur les 342 enregistrements de ce commerce, 287 sont prétendument des saisies multiples, tandis que 200 d’entre elles sont issues du Kazakhstan.

Dans le même temps, 100 des 213 enregistrements des Epipedobates tricolores reportés dans le commerce- une espèce connues dans seulement sept régions de Equateur- sont des saisies multiples dans le Kazakhstan, alors que 200 des 220 enregistrements de saisies multiples des grenouilles à jambes noires- des grenouilles venimeuses, Phyllobates bicolore, une espèce proche de l’extinction ont également été reconnues en provenance du centre de l’Asie.

Les auteurs recommandent une meilleure exactitude dans le reportage et des recherches sur l'origine des animaux courant dans le commerce international pour s’assurer que les spécimens sauvages attrapés ne sont pas blanchis sous l'apparence de la capture pour multiplication.

 « La popularité des grenouilles à venin empoisonné comme animaux familiers a entrainé une surexploitation de certaines espèces, les mettant ainsi en danger d’extinction, » a dit Nijman.
En définitive, l'analyse a reconnue que sur plus de 63.000 grenouilles à venin empoisonné, 32 de ces espèces sont été commercées internationalement entre 2004 et 2008. Pour 21 espèces, la majorité d'individus ont été reportés comme saisie multiple. Autour d'un cinquième était destiné aux marchés d’Asie - le Japon, la Thaïlande et Taiwan - où la conservation des animaux de compagnie exotiques devient de plus en plus à la mode.

Le mois dernier, les représentants de 175 gouvernements membre de la CITES se sont réunis à Doha, au Qatar et ont voté pour des contrôles plus sévères du commerce international dans les foyers à grenouilles d'Amérique centrale, et interdit tous les échanges commerciaux dans les habitats naturels de grenouille à venin empoisonné d'Iran.

« Tandis qu'une liste de la CITES aidera à la sauvegarde des grenouilles menacées par le commerce, telle la grenouille à venin empoisonné, ce  serait une étude de cas,  avec une liste qui serait utile si et seulement  si elle est utilisée correctement » a déclaré Nijman.

Notes
Toutes les espèces de grenouille à venin empoisonné (Dendrobates, Phyllobates, Epipedobates et Cryptophyllobates) sont énumérées dans l'annexe II de la CITES,  qui règlement de ce fait les échanges internationaux de ces espèces.

L’article de Vincent Nijman et de Chris R. Shepherd, « le rôle de l'Asie dans le commerce global des grenouilles dans la CITES II-déclare que la grenouille venimeuse : est partie du Kazakhstan vers le Liban et la Thaïlande et est publié dans le journal  « Biodiversité et Conservation ». Il est accessible en ligne à:

http://www.springerlink.com/content/b013x81t3306565k/fulltext.pdf

Pour des informations futures:
Chris R. Shepherd, TRAFFIC  Asie du Sud-Est (Malaisie) Tel: +603 78803940, cell: +6 012 234 0790, E-mail: cstsea@po.jaring.my
Elizabeth John, Senior Communications Officer, TRAFFIC Asie du Sud-Est, Tel: +603 7880 3940, Email: jlizzjohn@yahoo.com
Richard Thomas, Communications Coordinateur, TRAFFIC. Tel: +44 1223 279068, mob + 44 752 6646 216.
E-mail richard.thomas@traffic.org

« Des juges en stage pour un aperçu global sur la loi environnementale et faunique | Main | Accès et Partage des avantages : Implications pour l'usage des ressources biologiques »