Signature d’une Convention de collaboration OIBT-MINFOF-TRAFFIC pour le renforcement de la procédure nationale au Cameroun relative au contrôle de l’exploitation forestière illégale
Monday, March 22, 2010 at 14:26
TRAFFIC in conscience de conservation

Echange de documents officiels, entre Germain Ngandjui, TRAFFIC et S.E Elvis Ngolle Ngolle, Ministre des Forêts et de la Faune. Cliquez sur la photo pour agrandir © Eva Paule Mouzong/TRAFFIC   Douala, le 22 mars 2010—A l’occasion de la signature de la Convention de financement OIBT-MINFOF-TRAFFIC, le Directeur Exécutif de l’Organisation Internationale des Bois Tropicaux (OIBT), le Ministre des Forêts et de la Faune Camerounais (MINFOF) et le représentant de TRAFFIC, étaient réunis dans la salle de Conférence « Terrasse », de l’Hôtel SOMATEL, pour matérialiser leur soutien à la mise en œuvre d’un projet intitulé «Renforcement de la procédure nationale pour le contrôle de l’exploitation forestière illégale et du commerce des produits dérivés ».

Dans le cadre des Accords de Partenariat Volontaire en cours de conclusion avec l’Union Européenne, et du programme TFLEGT (Tropical Forest Law Enforcement Governance and Trade) de l’OIBT, le MINFOF en partenariat avec TRAFFIC, ont soumis à l’OIBT  une proposition de projet intitulé « Renforcement de la procédure nationale pour le contrôle de l’exploitation forestière illégale et du commerce des produits dérivés » (en anglais « Strengthening the national process for controlling the illegal logging and associated trade in Cameroon »). Cette proposition a été élue au financement de l’OIBT.

L’objectif général de ce projet, d’une durée de deux ans, est de renforcer la procédure de contrôle de l’exploitation forestière illégale et le commerce des produits dérivés en vue de contribuer à la transparence dans le commerce du bois au Cameroun avec pour corollaire, la résolution des problèmes liés à l’exploitation non durable du bois, à la faible application de la loi forestière et au commerce illégal au Cameroun.

TRAFFIC, l’agence d’exécution du projet qui a participé à l’identification du problème et à la formulation de la proposition de projet soumise à l’OIBT, travaillera en étroite collaboration avec le MINFOF.

L’élaboration de la présente convention de collaboration permet d’assurer le suivi de la bonne exécution des activités de ce projet, dont les résultats attendus devraient contribuer :
-    au positionnement au niveau international, notamment auprès des partenaires (OIBT et Union Européenne), du Cameroun comme un exemple de référence de l’exploitation légale du bois dans l’ensemble de la sous région Afrique Centrale ;
-    au développement du processus de certification pour toute forme d’exploitation forestière au Cameroun ;
-    à l’augmentation de 20%, d’ici la fin de l’année 2013, des revenus du gouvernement issus de l’exportation du bois.

Germain Ngandjui, responsable du programme TRAFFIC Afrique Centrale et représentant personnel de Steven Broad, Directeur exécutif de TRAFFIC International, a souligné dans son allocution, que bien que ce soit la première fois qu’un tel partenariat OIBT-TRAFFIC existe en Afrique Centrale, ce type de partenariat a déjà fait ses preuves dans d’autres écorégions, et qu’il devrait permettre  de contribuer « au commerce légal du bois au Cameroun en rapport avec les questions de gestion durable des ressources forestières, tout comme au renforcement de l’application de la loi dans le pays concerné ».
Pour sa part, Emmanuel Ze Meka, Directeur Exécutif de l’OIBT, a reconnu que les attentes sont fortes du côté de l’OIBT, et que « le succès de la mise en œuvre de ce projet dépendra de toutes les principales parties prenantes à savoir l’OIBT, le MINFOF et TRAFFIC».

Remerciant le Directeur Exécutif de l’OIBT, qui a tenu à prendre part personnellement à la signature de cette Convention, le Pr Elvis Ngolle Ngolle, Ministre des Forêts et de la Faune a reconnu que «le succès de la mise en œuvre du PSFE (Programme Sectoriel Forêts Environnement), est entre autres lié à la promotion de la gouvernance dans le secteur forestier, au respect de la règlementation et de la légalité forestière, et que ce projet vient à point pour y contribuer ».

La mise en œuvre de ce projet devrait démarrer dans les prochains jours, après la signature de la dite Convention, sous réserve de l’approbation d’un plan d’action opérationnel soumis par TRAFFIC et validé par l’OIBT.

Article originally appeared on TRAFFIC (http://www.traffic.org/).
See website for complete article licensing information.